Portefeuille

Produit Indication Cible/trangene
Conception
Préclinique
Phase 1
Phase 2

Vaccins thérapeutiques

TG4050

Un patient, un cancer, un vaccin

Avec TG4050, Transgene développe une immunothérapie individualisée issue de technologies avancées d’ingénierie génétique et d’intelligence artificielle (IA), en collaboration avec NEC.

Chaque traitement repose sur un vecteur viral optimisé. Il est conçu et fabriqué par Transgene, sur mesure, pour chaque patient, en visant les cibles tumorales les plus pertinentes (néoantigènes propres à chaque cancer) sélectionnées par l’IA de NEC. Une fois injecté au malade, ce vaccin thérapeutique va stimuler les défenses immunitaires du patient pour permettre une destruction ciblée des cellules cancéreuses. Deux essais cliniques sont en cours en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

myvac® en images
En savoir plus

TG4001

Cibler les cancers induits par le papillomavirus (HPV-16, E6 & E7 + IL-2)

TG4001 est un traitement capable de combattre les cancers induits par le papillomavirus. Le principe : éduquer le système immunitaire pour lui permettre de reconnaître et de détruire les cellules cancéreuses exprimant les antigènes E6 et E7 du HPV-16.

Pour cela, nous avons sélectionné des séquences typiques qui sont intégrées dans un autre virus rendu inoffensif, le MVA. Nous avons aussi intégré un gène codant pour une molécule stimulant le système immunitaire sur le site d’injection : l’interleukine 2 (IL-2).

TG4001 va déclencher une réponse immunitaire spécifique, qui va permettre de reconnaître et détruire les cellules cancéreuses porteuses des antigènes viraux. Le corps va ainsi avoir les moyens de détruire lui-même les tumeurs.

Sur la base des résultats prometteurs de Phase Ib/II, Transgene mène un essai de Phase II randomisé de TG4001 en combinaison avec avelumab. Il est conduit en collaboration avec Merck KGaA, Darmstadt, Allemagne, et Pfizer qui fournissent avelumab.

TG4001 en images

En savoir plus

Virus oncolytiques

TG6002

Délivrer une chimiothérapie directement dans la tumeur

TG6002 est un virus oncolytique est un virus oncolytique permettant la production d’un agent de chimiothérapie directement dans la tumeur.

Il repose sur la souche brevetée (VVcop TK-RR-) à l’origine de la plateforme Invir.IO™ et intègre dans son ADN le gène breveté FCU1. L’expression de ce gène dans les cellules tumorales permet de convertir localement le 5-FC, administré oralement, en 5-FU, une chimiothérapie couramment utilisée dans le traitement de certains cancers.

Administré par perfusion intraveineuse ou via l’artère hépatique, TG6002 se réplique de manière spécifique dans les cellules tumorales, entraînant la production locale de 5-FU.

Ce mécanisme d’action spécifique permet la destruction ciblée de la tumeur et stimule localement la réponse immunitaire du patient. Grâce à son action sélective, TG6002 pourrait constituer une véritable alternative à l’administration systémique des chimiothérapies, et aux effets secondaires qui lui sont associés.

Deux essais cliniques de Phase I/II sont en cours en Europe.

TG6002 video

En savoir plus

BT-001

BT 001 est le premier virus oncolytique issu de la plateforme Invir.IO™ et agit comme un cheval de Troie dans la tumeur.

Cette nouvelle forme d’immunothérapie est conçue pour agir de manière extrêmement ciblée et repose sur la souche brevetée (VVcop TK-RR-). Deux « armements » spécifiques ont été intégrés à son ADN : un anticorps anti-CTLA4 développé par BioInvent et la cytokine GM-CSF pour activer la réponse immunitaire.

Injecté dans la tumeur, BT 001 se multiplie dans les cellules cancéreuses. Il entraîne ainsi leur destruction ciblée par oncolyse et génère une production locale de ces deux armements thérapeutiques. L’anticorps anti-CTLA4 ainsi produit dans la tumeur neutralise les cellules T régulatrices inhibitrices du système immunitaire : les défenses immunitaires s’activent alors au sein de la tumeur.

La destruction des cellules cancéreuses enclenche aussi une cascade immunitaire qui va permettre au corps de lutter lui-même contre la tumeur et les métastases. Un mode d’action innovant qui permet d’envisager son développement clinique pour lutter contre de nombreux types de cancers.

Un essai de Phase I/IIa est actif en France et en Belgique ; il est aussi autorisé par la FDA américaine.

Information au public (FRENNL)

BT-001 en images

En savoir plus

Invir.IO

Une plateforme innovante pour développer une nouvelle génération d’immunothérapies virales

Transgene développe avec sa plateforme Invir.IO™ des traitements innovants, capables d’attaquer directement les cellules cancéreuses : les virus oncolytiques.

. Les virus oncolytiques Invir.IO™ sont optimisés pour agir comme un cheval de Troie. On parle de virus « armés » ou multifonctionnels.

Pour les concevoir, Transgene intègre, dans le génome d’un virus breveté, des séquences génétiques encodant des thérapies qui seront fabriquées directement dans la tumeur au moment de la réplication virale. L’objectif est de permettre une meilleure efficacité thérapeutique en limitant les effets secondaires pour le patient.

Au-delà de BT-001 et de sa collaboration avec AstraZeneca, Transgene dispose de plusieurs projets en phase de recherche préclinique.

Invir.IO™ en images

AstraZeneca

Transgene collabore avec AstraZeneca afin de codévelopper cinq virus oncolytiques innovants issus de la plateforme Invir.IO™.

AstraZeneca peut exercer une option d’achat pour chacun de ces candidats.

Patients

Information importante

Veuillez noter que les candidats médicament de Transgene (TG4050, TG4001, TG6002 et BT-001) ne sont actuellement qu’en phase de tests cliniques, soumis à la réglementation fixée par les autorités compétentes.

Transgene n’est juridiquement pas autorisé à décider de l’éligibilité des patients à être inclus dans les études cliniques dont elle est promoteur. Seuls les médecins investigateurs responsables des centres d’études cliniques disposent de la compétence à décider si un patient répond aux critères d’inclusion et d’exclusion au regard du protocole d’étude clinique correspondant.

Veuillez également noter que Transgene ne peut communiquer ou interagir avec les patients, sur le déroulement ou la progression des études. Vous trouverez toutes les informations accessibles au public sur le site clinicaltrials.gov.

Qu’est-ce qu’un essai clinique ?

Les essais cliniques, ou études cliniques, ont pour but l’évaluation de nouveaux traitements, notamment leur sécurité et leur efficacité. Ils sont obligatoires avant l’autorisation et la commercialisation de nouveaux traitements.

Qui peut participer à un essai clinique ?

Chaque essai clinique se déroule suivant un protocole défini en amont et validé par les autorités de santé et différents comités afin de protéger l’intérêt des patients. Pour entrer dans un essai clinique, le patient doit remplir un certain de nombre de critères, propres à chaque essai, contenus dans le protocole.

Participer à une étude clinique : Quels sont les avantages et les risques ?

Les risques comme les avantages liés à la participation à un essai clinique sont décrits dans le protocole de recherche et dans le document de consentement éclairé. L’équipe médicale les explique également au patient, qui est libre de poser ses questions.

Participer à un essai clinique, c’est la possibilité d’avoir accès à un traitement innovant, avant qu’il ne soit largement disponible. C’est aussi un encadrement spécifique de la prise en charge et un suivi adapté et rigoureux, pendant et après la fin du traitement.

Comme pour tout traitement, les candidats-médicaments utilisés dans les essais cliniques peuvent entraîner des effets secondaires. Dans certains essais cliniques, il est aussi possible de faire partie du groupe de contrôle et de ne pas recevoir le traitement innovant.

Comment participer à un essai clinique ?

Tout d’abord, le patient doit discuter de ce sujet avec son médecin traitant et son oncologue. Celui-ci pourra ensuite se rapprocher des médecins en charge de l’essai (investigateur).

Transgene peut-il me mettre en relation avec les investigateurs de l’essai clinique ?

Lorsque cela est possible, Transgene met à disposition le numéro d’essai clinique NCT de la base clinicaltrials.gov listant les sites dans lesquels ses études sont actives (se référer à la page « produits »).

Transgene n’est pas habilité à répondre aux demandes de renseignements sur la participation dans ses essais cliniques. Les patients doivent discuter des options de traitement avec leur médecin qui, s’il l’estime pertinent, pourra les mettre en contact avec les médecins en charge des sites d’essais cliniques.

Plus d’information

Plus d’informations sur le site de l’Institut national du cancer (INCa)